La côte est de la Malaisie possède quelques iles paradisiaques, en partie couvertes de jungle avec de très belles plages, des eaux chaudes et des fonds marins riches. Nous avions découvert l’un de ces petits paradis, Pulau Lang Tengah, il y a 3 ans et rêvions d’y retourner.

 

C’est sur Pulau Kapas que nous poserons nos sacs cette fois.

Pulau (=ile) Kapas est une petite ile de 2,5 km de long sur 800 mètres au plus large, sans route, sans voiture, en grande partie recouverte de jungle et très paisible par rapport aux iles plus fréquentées que sont Redang ou les Perhantians.

 

Le 10 juillet, nous quittons la fraicheur des Camerons de bonne heure (7h30). Une longue route nous attend pour atteindre la côte Est où nous prendrons un bateau pour rejoindre Pulau Kapas. Une mini pause petit déjeuner, un chien percuté, quelques bouchons et plusieurs centaines de kilomètres plus tard, nous atteignons enfin la jetée de Marang, à 15h10. Nous visions le bateau de 15h et pensions avoir de la marge…..mais non. Cependant, nous avons de la chance, nous sommes attendus et nous réussissons à avoir notre bateau ! En 15 minutes de speed boat très « speed » qui saute sur les vagues, nous sommes enfin à destination, un peu fatigués.

Notre premier regard sur l’ile nous déçoit légèrement. Notre hôtel est situé sur une pointe de l’ile et seul sur sa plage, ce qui est plutôt appréciable, mais la plage n’a rien d’exceptionnel au premier coup d’œil. L’accès à l’eau se fait sur des cailloux, les bungalows ne valent pas du tout le prix demandé (aucun entretien, saleté, crottes de rats, literie inconfortable…et pour 120 euros la nuit nous n’avons même pas la clim ! Un prix totalement inadapté à la qualité ou plutôt l’absence de qualité de la prestation, même sur une île) et l’accueil des patrons (des occidentaux) est irrespectueux ! En voyageant en juillet, nous avons réservé nos nuits à l’avance et nous voici coincés pour 5 jours et 6 nuits…..nous avons perdu la liberté appréciée jusqu’à maintenant….nous serions partis dès le premier jour sinon, soit chercher un autre logement, soit sur une autre ile. Le deuxième jour, un morceau de roche d’une trentaine de cm se détachera de la falaise et tombera sur notre terrasse, au pied de la chaise où nous étions assis quelques instants auparavant. Immédiatement Clément le signalera au patron. Celui-ci se contentera de jeter la pierre sur la plage et de repartir dans sa cuisine en nous insultant ! Totalement inadmissible quand on sait le danger que cela représente ! L’un de nous 5 se serait pris la roche sur la tête, il y restait ! La faute incombe aux gros varans qui nichent dans les rochers parait-il. Effectivement, j’en ai vu de ces gros varans. Mais peut-etre serait il opportun de condamner la terrasse avant qu’un accident grave ne survienne ?

 

Si nos nuits sont mauvaises (nous essuyons un orage quasiment chaque nuit et il pleut dans le lit !), nous mettons à profit nos journées pour parcourir les belles plages de l’ile et explorer les spots de snorkeling. Au final, à part le premier jour, nous serons rarement seuls et partagerons nos journées avec d’autres français.

 

 

1er jour (11 juillet):

En fin de matinée, nous partons en snorkeling depuis la plage de l’hôtel à la recherche des tortues, en vain ! Nous apprendrons plus tard que nous avions plus de chance d’en voir tôt le matin. Tant pis, nous ne sommes pas au zoo mais dans la nature, et nous prenons ce qui se présente. Les zones sont grandes, il est difficile de tout ratisser, le critère chance joue beaucoup ! Cependant, ce premier snorkeling nous donne un aperçu des fonds. Rien d’exceptionnel, nous avons vu plus riche en Indonésie, notamment dans la réserve de Menjangan sur Bali, mais je précise que le spot que nous avons exploré n’est pas un spot de snorkeling en soi et donc loin d’être le plus beau de Kapas. Nous découvrons vite cependant qu'ici on trouve des poissons clowns et des oursins à foison ! Clément assiste également à l'attaque d'un poulpe par un poisson !

DSCN2774 (Copier)

DSCN2772 (Copier)

 

Après cette sortie, les filles jouent dans le sable, une des activités favorites de Théa et Elia, pendant que leurs parents profitent des transats de la plage. Tout incite au farniente, et on en profite !

DSC05996 (Copier)

DSC06009 (Copier)

DSC06042 (Copier)

 

Notre quiétude sera juste perturbée par un long serpent très fin, d’un bon mètre de long, qui tombera de l’arbre situé juste derrière nos transats ! Personnellement, je n’étais pas présente au moment où il est « tombé » mais je l’ai vu grimper dans les rochers ensuite, j’en ai eu quelques frissons. J’ai une vraie phobie des serpents. Renseignements pris, il parait qu’il est inoffensif…..

Clément, Clara et Elia tenteront un nouveau snorkeling « tortue » en fin d’après midi, près de la jetée, toujours en vain ! Pendant ce temps, je garde Théa qui est punie….et oui, ça arrive !

 

La suite au prochain épisode !