Le 15 juin, vers 10h, nous quittons Ekas et la côte en direction de Tetebatu, village situé au pied du mont Rinjani.

DSC03686 (Copier)

La route est jolie : belles rizières, plantations et cocotiers avec en arrière-plan le Rinjani. Mais la route est également très fréquentée ! Jusqu’à maintenant, les routes que nous avions empruntées à Lombok étaient quasiment désertes, cela nous change. Nous traversons quelques grosses bourgades très animées par des marchés locaux.

Notre chauffeur est rapidement perdu et c’est Clément qui le guide (vive l’application Maps.me !).

Nous arrivons vers midi à Tetebatu et prenons deux chambres dans une petite guesthouse. Nous sommes les seuls clients, les derniers sont passés ici il y a déjà 10j. Nous avons une chambre récente avec une très jolie salle de bain mais uniquement de l’eau froide et ici, elle est très froide ! Les filles ont une chambre en travaux, sans salle du bain du tout, ni rideaux lol. Pas grave, c’est nous qui négocions pour avoir ces deux chambres car elles sont côte à côte. Nous aurions pu avoir deux autres chambres mais plus anciennes et moins sympas, avec des salles de bains rudimentaires. Une salle de bain pour nous 5 suffit, c’est ce que nous avons quand nous prenons des chambres familiales.

A peine avons-nous posé nos sacs que le patron nous invite chez lui, quelques dizaines de mètres plus loin. Il nous présente sa famille (il a une fille de l’âge de Théa), nous offre thé, café et jus de fruits frais pour les filles, ainsi que des friandises puis nous fait faire le tour de son jardin : avocatier, manguier, cacaoyer. Nous sommes en plein ramadan, par conséquent lui ne mange pas, ne boit pas. Nous sommes un peu gênés au départ de boire et manger devant lui. Rumaji n’était pas si regardant, il grignotait et buvait un peu de café, même pendant la journée.

Ce premier après-midi, nous ferons un tour dans le village avec un guide improvisé (for free) qui nous emmène carrément chez certains habitants, nous montre les cuisines, nous présente ses parents…Partout, nous sommes très bien accueillis et les attroupements se forment, jusqu’à une vingtaine de personne autour de nous.

DSC03656 (Copier)

DSC03662 (Copier)

DSC03665 (Copier)

DSC03669 (Copier)

 

DSC03673 (Copier)

DSC03677 (Copier)

DSC03684 (Copier)

 

Le 16 juin, nous effectuons une randonnée de 4h30 au milieu des rizières, des plantations et de la forêt environnante. Nous avons 3 jeunes guides pour nous 5, nous ne devrions pas nous perdre ! La balade n’est pas difficile et le rythme pas très soutenu. Nos jeunes guides nous ont prévenus : c’est Ramadan, ils sont fatigués. Et comme je les comprends : il fait chaud et humide, ils vont marcher avec nous pendant plus de 4h sans manger ni boire. Le rythme me convient car j’ai à nouveau mal au genou…

Nos trois jeunes guides ont une vingtaine d'années, et l'un d'eux à plusieurs reprises s'étonnera que Clara soit aussi grande que lui ! Et comme il lui dira, il a fini de grandir, elle non !

DSC03692 (Copier)

L’environnement est superbe, c’est très calme !

DSC03695 (Copier)

DSC03700 (Copier)

DSC03703 (Copier)

Après avoir joué aux Robinsons sur notre ilôt désert il y a 2 jours, cette fois-ci nous nous prenons pour Indiana Jones et jouons aux aventuriers pour accéder à une cascade ! Nous devons remonter pieds nus le lit de la rivière, enjamber les pierres, tout ça sous une voute rocheuse, avec des lianes, la jungle et l’eau qui coule le long des parois. Très sympa !

DSC03715 (Copier)

DSC03719 (Copier)

DSC03730 (Copier)

DSC03740 (Copier)

Le chemin que nous empruntons n'est pas tellement un chemin, on "navigue" entre les rizières, ça glisse, c'est étroit, il y a des trous....et ce qui pouvait arriver arriva....je glisse et je manque finir dans le fossé plein d'eau, deux mètres en contrebas. D'une main, je me raccroche aux herbes du talus (qui sont solides car elles ne cèderont pas !) et de l'autre, j'accroche mon appareil photo. Un de nos guides viendra me tendre une main secourable pour me sortir de ce mauvais pas lol.

DSC03708 (Copier)

DSC03760 (Copier)

DSC03774 (Copier)

Nous traversons également la Monkey forest et nous sommes chanceux ! Nous pourrons observer deux groupes de singes noirs !

DSC03768 (Copier)

DSC03784 (Copier)

DSC03788 (Copier)

 

Nous sommes de retour en début d’après-midi, un peu fatigués et surtout affamés ! Le temps s’est couvert et nous avons eu quelques gouttes en fin de rando.

Nous allons manger. L’après-midi est déjà bien entamé. Nous organisons notre journée du lendemain et par conséquent, prolongeons d’une nuit notre séjour ici (on serrera les dents un soir de plus en prenant une douche glacée lol). Ecole et voici déjà le soir !

 

DSC03801 (Copier)

DSC03812 (Copier)

 

 

 

Le 17 mai, nous partons en voiture découvrir l’artisanat local.

Notre premier arrêt est au marché du village de Kotaraja. Un agréable marché, très « local », où Théa sera tâtée, palpée à quasiment tous les stands !

 

"Cidomo" = tuktuk local. On en voit énormément sur Lombok sur les routes, aux sorties de marchés....nous n'aurons pas l'occasion d'en emprunter un.

DSC03816 (Copier)

Il y a foule, le parking est bien chargé !

DSC03817 (Copier)

DSC03819 (Copier)

DSC03829 (Copier)

 

L’arrêt suivant se fait dans un village de tressage d’objet en bambou, Loyok. Nous sommes accueillis chez une femme qui nous offre café (café de Lombok, délicieux, moi qui ne boit jamais de café en Indonésie car je ne l’aime pas, je regrette d’avoir demandé un thé), thé, galettes de riz toutes chaudes et diverses chips. Elle nous tresse à chacun une bague en bambou, le résultat est plutôt pas mal ! Elle nous montre le tressage d’un sac, il lui faut deux semaines pour réaliser un sac (du début, à savoir la coupe du bambou, à la fin du processus). Le bambou est très solide et imputrescible, facile d’accès, c’est pourquoi, il est énormément utilisé en Asie.

DSC03843 (Copier)

DSC03848 (Copier)

Nous devions voir un village de forgerons mais c’est vendredi, journée off. Nous finissons donc par un village de tisserand (Pringgasela). Les métiers sont basiques, mais les deux techniques utilisées (fil préteint pour le motif ou utilisation de plusieurs bobines) sont les mêmes que celle que nous avions vu au Laos. Ici, les couleurs sont plus souvent obtenues avec des colorants chimiques que naturels.

DSC03849 (Copier)

DSC03862 (Copier)

Comme souvent, un groupe d'enfants nous suit :

DSC03865 (Copier)

Nous rentrons à Tetebatu en empruntant une jolie petite route qui se transforme en piste !