Samedi 21 mai, nous quittons Yogya à 8h dans notre voiture privatisée avec chauffeur, direction le village de Cemoro Lawang, au pied du volcan Bromo.

Nous arrivons à destination à 21h15. Soit 13 h de trajet avec uniquement une rapide pause pipi et 30 minutes pour manger à midi. Le trajet se passe bien, les filles sont exemplaires, comme d’habitude : pas une plainte, pas de chamaillerie, elles s’occupent et prennent leur mal en patience. De vraies routardes !!

 

Une fois arrivés, nous découvrons les chambres sordides qui nous attendent. Une fois de plus, nous sommes au mauvais endroit au mauvais moment. Un grand rassemblement de motards asiatiques se tient au Bromo, tous les hôtels affichent complets. Nous avons deux chambres écos : chambres minuscules (pas gênant) à moitié en sous-sol donc il y fait très humide et très froid (nous sommes à 2300 mètres d’altitude et très loin des 40 ° surtout la nuit !!), les draps sont sales (nous le ferons remarquer au patron qui nous répondra que c’est normal, ils ne sont pas lavés puisque c’est chambre éco !!!), la salle de bain est dégueu, la faute aux motards qui circulent avec leurs bottes pleines de cendres partout mais de toute façon, il y fait bien trop froid pour se laver.

Et je précise que ces chambres « eco » aux prestations catastrophiques nous coutent la bagatelle de 700 000 roupies (soit 46 euros) !!!!!!

La nuit est mauvaise, je suis frigorifiée. Un groupe d’asiatiques arrive en hurlant au milieu de la nuit et repart toujours en hurlant vers 6H.

 

A 7h30, nous nous levons et allons au petit-déjeuner.

En sortant de notre chambre sordide en sous-sol, nous sommes récompensés par une vue magnifique sur le Bromo :

DSC00702 (Copier)

DSC00719 (Copier)

Ce matin, nous pourrons changer de chambre vers 10h et avoir une chambre familiale avec sa salle de bain privée et une terrasse avec vue sur le volcan.

Après le petit déjeuner, vers 9h30, nous partons à pieds en direction du volcan. Pour rejoindre le pied du volcan, il faut descendre dans la caldeira et traverser la mer de sable, un paysage lunaire ! On peut le faire en jeep ou à cheval. En bons marcheurs que nous sommes, nous préférons largement la marche à pieds (en plus, c’est gratuit). Seul bémol : en théorie à partir de 9h, cela devrait être quasiment désert car les groupes sont repartis, mais nous avons toujours ces groupes de motards qui tournent.

Une fois au pied du volcan, un escalier permet de rejoindre le bord du cratère. Enfin… il s’agit de quelques marches qui très rapidement disparaissent sous le sable et la cendre : deux pas en avant, ½ pas en arrière.

La suite se passe de mots, c’est la première fois que nous nous trouvons au bord du cratère d’un volcan qui crache sa fumée et qui gronde. Impressionnant ! On se sent petit face à dame nature, on n’est guère rassuré ! Et encore, les plus gros panaches ne sont pas crachés pendant que nous sommes au bord du cratère mais ça nous suffit. Nos yeux nous piquent et nous ne regrettons pas le masque qui nous protège les voies respiratoires des cendres.

DSC00725 (Copier)

DSC00731 (Copier)

DSC00732 (Copier)

DSC00738 (Copier)

DSC00753 (Copier)

DSC00756 (Copier)

DSC00760 (Copier)

DSC00767 (Copier)

DSC00811 (Copier)

Dans un pays musulman, c'est un temple qu'on trouve au pied du volcan et non pas une mosquée. Des offrandes sont régulièrement jetées dans le cratère du "monstre".

DSC00824 (Copier)

On peut faire tout le tour du cratère à pieds, nous ne tentons pas, trop dangereux à nos yeux, il n’y a plus de barrières, le sentier est étroit, un faux pas et c’est la chute.

Elia n’est pas très à l’aise, le vertige la guette.

Nous restons un moment au bord de ce cratère, subjugués !

Puis nous effectuons le trajet retour, toujours à pieds. Nous rentrons à l’hôtel à 12h10, la rando nous a pris 2h30. On est ravi !

Notre nouvelle chambre est prête, on déménage, on prend (enfin) une douche. La chambre est grande, correcte et il y fait moins froid et humide. On a même une bouilloire, du thé et du café.

Le reste de l’après-midi se passe tranquillement, essentiellement sur notre terrasse, à profiter de la vue superbe, même si très rapidement le ciel s’est couvert et que nous sommes dans la brume.

DSC00854 (Copier)

DSC00860 (Copier)

 

Au lit de bonne heure, la nuit va être très courte….. (pour ma part, je n’arrive pas à m’endormir, le volcan gronde une bonne partie de la nuit, ce n’est pas très rassurant)

3h10 le réveil sonne…..

On superpose nos couches de vêtements : 3 ou 4 t-shirts chacun, gilet, K-way, foulards, pantalon sur le bas de pyj.

DSC00866 (Copier)

On sort, quand on voit la mer de nuages au pied du Bromo, on se dit que c’est gagné, on devrait avoir une belle vue.

(désolée la qualité de la photo n'est pas au RDV mais de nuit sans pied....)

DSC00869 (Copier)

3h30, on part en jeep pour aller au sommet du mont Penanjakan (2770 mètres) d’où nous assisterons au lever du jour sur le Bromo et le Semeru.

45 minutes de jeep, dans la mer du sable de la caldeira, de nuit et dans le brouillard, à 3H30 du matin, ça réveille ! On est secoué comme des pruniers. Une fois sortis de la caldeira, ce n’est guère mieux, on passe au-dessus des nuages mais la petite route est très raide et escarpée. Je comprends mieux pourquoi il faut une jeep 4X4 pour grimper !

Cette excursion est un grand classique, donc nous ne sommes pas seuls une fois là-haut mais je m’attendais à pire. Nous patientons 40 minutes dans le froid en attendant le lever du jour. On a trouvé une bonne place donc on ne la quitte pas. Clément est avec Clara, moi avec les deux petites. Pour patienter on joue à :

« Dans les nuages il y a : un volcan, de la lave, des oiseaux, un avion, un bateau….. » mais à cette heure très matinale notre mémoire tourne au ralenti !

Le jour se lève progressivement, dévoilant le mont Bromo dépassant de la mer de nuage, qui fume bien noir et épais ce matin, et en arrière-plan le volcan Sémeru (3676m, point culminant de Java) qui crache régulièrement son panache de fumée blanche.

 

DSC00967 (Copier)

DSC00980 (Copier)

DSC00985 (Copier)

DSC00990 (Copier)

DSC01013 (Copier)

DSC01121 (Copier)

DSC01139 (Copier)

Le mont Semeru et son panache de fumée :

DSC01141 (Copier)

Là non plus les filles ne sont pas épargnées par les traditionnelles photos avec les asiatiques :

DSC01153 (Copier)

De retour, nous prenons une douche chaude puis allons petit-déjeuner.

DSC01179 (Copier)

DSC01185 (Copier)

Check-out, puis nous attendons notre chauffeur pour l’Ijen, qui arrivera vers 9H30.