Le 5 mai,

 

C’est reparti pour une nouvelle journée à parcourir les rues bruyantes d’Hanoi. Ici, nous avons renoué avec le tourisme de masse. Beaucoup de groupes (occidentaux, asiatiques, indiens…), mais dès qu’on s’éloigne un peu, dès qu’on emprunte une ruelle, dès que l’on mange dans une gargote, on se retrouve uniquement avec des locaux.

 

Ce jour, nous visitons la prison de Hoà Lo, construite par les français en 1896, à l’emplacement d’un village de potiers qui fut par conséquent déplacé. Cette prison servit à la détention et à l’exécution des prisonniers politiques et révolutionnaires vietnamiens.

 

DSC08870 (Copier)

 

Les conditions de détention, mises en place par la France,  y étaient tout simplement abominables, inhumaines….Seule une partie des anciens locaux subsistent, l’autre partie a été rasée. Mais on y voit encore les cellules, les cachots, le couloir des condamnés…De nombreux témoignages, des photos et des décisions officielles françaises sur les conditions de réclusion, les brimades et les sanctions sont affichées. Des objets du quotidien des prisonniers, des objets de tortures, une guillotine…sont présentés (c’est la première fois que je vois une guillotine pour de vrai).

 

DSC08874 (Copier)

DSC08877 (Copier)

DSC08878 (Copier)

 

La visite est assez difficile. Une fois de plus, nous plongeons les filles dans un univers assez noir, bien entendu avec toutes les explications nécessaires, adaptées à chacune. Une nouvelle leçon d’histoire pour elles et la découverte pour Théa de l’existence de la peine de mort.

Théa me posera la question qui la taraude systématiquement dans ces situations : « y avait-il des enfants ? » Je lui réponds non et deux minutes après, nous pénétrons dans le quartier réservé aux femmes…..pour découvrir qu’elles étaient enfermées avec leurs enfants….

Dans les années 50, la prison compte plus de 2000 prisonniers ! La surpopulation carcérale était déjà d’actualité.

Cette prison deviendra rapidement un nid de résistants à partir duquel sera écrite et diffusée la propagande révolutionnaire et préparées les révoltes.

Après la défaite de Dien Bien Phu, la prison devient un centre d’enseignement pour la doctrine révolutionnaire.

Elle fut de nouveau utilisée entre 1964 et 1973, par les Vietnamien cette fois –ci, pour y enfermer les prisonniers américains. Des prisonniers qui, eux, étaient très bien traités, comme en témoignent les photos, images, objets et textes exposés….Tout ceci sent la propagande à plein nez. Je n’irais pas jusqu’à dire que tout ceci est faux mais n’oublions pas le pays dans lequel nous nous trouvons. On sent le ressentiment et l’amertume contre les français. Une partie du musée est consacrée aux louanges envers les héros révolutionnaires vietnamiens qui furent enfermés dans la prison et survécurent. La neutralité ne peut être de mise dans de telles circonstances.

 

Cette visite était très intéressante, une partie des panneaux d’affichages est en français, des commentaires audio également, très bien pour les enfants.

 

Après cette page d’histoire un peu difficile, nous poursuivons jusqu’à la cathédrale St Joseph qui date de 1886. Elle fut pillée entre 1956 et 1975 et même si elle fut ensuite restaurée, elle a perdu son cachet d’origine.

 

DSC08863 (Copier)

DSC08881 (Copier)

 

Nous terminons la journée en nous perdant dans le quartier des 36 corporations : créé au 15ème siècle, chaque quartier de guilde regroupait les artisans exerçant le même métier et originaires du même village. Aujourd’hui, ce quartier est en pleine mutation et réorganisation mais certaines rues conservent encore leur « spécialité » d’origine.

La rue des instruments de musique :

DSC08891 (Copier)

Un magasin très étroit et tout en longueur, lié à l'architecture locale, superbe cette petite boutique regorgeant d'instruments typiques :

DSC08903 (Copier)

DSC08911 (Copier)

 

La rue des autels et des bannières :

DSC08930 (Copier)

DSC08946 (Copier)

 

La rue des boutiques de jouets :

DSC08956 (Copier)

 

La rue des merceries : vous voulez un bouton ? Vous êtes certaine de trouver celui qu’il vous manque, il doit y en avoir des milliers !

DSC08968 (Copier)

DSC08972 (Copier)

 

Etc.....Etc....Etc....

 

 

DSC08897 (Copier)

DSC08908 (Copier)

DSC08924 (Copier)

DSC08936 (Copier)

 

 

Le 6 mai,

 

Nous poursuivons notre découverte du quartier des 36 corporations avec la rue des herboristeries, la rue du bricolage (Leroy Merlin local : des dizaines d’échoppes vendant absolument tout en matière de bricolage), la rue des objets votifs....

 

DSC08989 (Copier)

DSC08991 (Copier)

 

DSC08995 (Copier)

 

Nos pas nous mènent jusqu'au pont Long Bien Bridge (anciennement nommé pont Paul Doumer), réalisé par Gustave Eiffel. Ce pont est réservé au passage de la ligne de chemin de fer et aux scooters. Un étroit trottoir nous permet de l’emprunter. Il parait que la vue sur le fleuve rouge depuis ce pont est jolie. On y va, mais le pont est très long et marcher sur ces petites dalles qui vibrent, en plein soleil, avec la nuée de scooters bruyants à côté ne nous enchante pas, nous rebroussons rapidement chemin et arrivons en gare en même temps qu’un train.

DSC09008 (Copier)

DSC09012 (Copier)

 

Nous souhaitons ensuite trouver les ruelles d’Hanoi au milieu desquelles passe le train. Nous suivons un moment la voie ferrée. Ayant oublié de regarder sur le net avant de partir où se trouvaient ces ruelles, nous finirons par rebrousser chemin et rentrer à l’hôtel. Il fait de nouveau très chaud, on est en nage et fatigués de piétiner.

Très gentille cette petite vendeuse qui nous préparera deux ananas en s'arrêtant régulièrement pour éventer Théa

DSC09015 (Copier)

 

Cependant, notre périple le long des voies, hors du quartier touristique, nous aura permis de voir un stand dont on se serait bien passé, même si cela fait partie de la culture locale.

Attention, âmes sensibles et amoureux des bêtes, abstenez-vous de regarder la photo ci-dessous.

DSC09017 (Copier)

 

 

Fatigués, nous rentrons à l’hôtel avec de quoi faire des sandwichs à la vache qui rit, en début d’après-midi. Nous en profitons pour chercher où se trouvent les ruelles avec la voie ferrée. On persiste à trouver cet endroit ! C’est chose faite, nous y serons vers 16h ! Juste pour l’heure du train normalement…..tout est dans le « normalement »…..nous l’attendrons plus d’une heure, en compagnie d’un autre occidental qui attend depuis 15h….mais pas de train…..Le train de 16h ne semble pas passer aujourd’hui…..au bout d’un moment, les locaux nous informent que maintenant, le train suivant arrivera vers 19H….Tant pis, on abandonne. On n’aura pas réussi à voir le train raser les maisons.

DSC09029r

DSC09050r

DSC09061r

DSC09069r

 

Nous mettrons presque 1h30 à rentrer. La circulation anarchique nous ralentit considérablement et nous faisons des haltes shopping.