Le 17 avril, nous prenons le bus à 9H30 pour Kep, ville située sur la côte. Enfin, nous allons voir la mer ! Le bus est ponctuel mais le trajet nous parait interminable (« que » 4h pourtant). On réalise que cette succession de transports, qui revient fréquemment malgré tout, commence à nous fatiguer…

Les derniers kilomètres, nous longeons la côte, au grand émerveillement de Théa : « c’est trop beau, il y a la mer ! ». Il est vrai que c’est sans doute le premier « vrai » paysage que nous rencontrons depuis que nous sommes au Cambodge.

DSC08152 (Copier)

 

Un petit tour en tuk-tuk et nous voici arrivés à la GH : nous sommes immédiatement charmés ! Elle se trouve au bout d’un chemin de terre, perdue dans la nature et la végétation. Nous avons un bungalow, au calme, avec vue sur la mer au loin. La piscine est superbe !

20160417_142804 (Copier)

 

D’un commun accord, nous décidons tous les 5 de rester plus longtemps que prévu. Il est temps de prendre quelques jours de vacances !

Que c’est agréable de ne pas avoir la musique dans les oreilles ! Ici, nous sommes bercés par le chant des insectes, des oiseaux, des geckos !

 

DSC08080 (Copier)

DSC07811 (Copier)

 

 

Notre premier après-midi est consacré à nous installer, grignoter puis profiter de la piscine :

20160417_153411 (Copier)

 

 

En début de soirée, nous poussons jusqu’au marché aux crabes (15 min à pieds) où nous achetons sur un stand deux poissons entiers grillés, des brochettes de gambas et des barquettes de riz. Un vrai festin pour la modique somme de 5,50 USD !

DSC07826 (Copier)

DSC07830 (Copier)

DSC07833 (Copier)

 

 

Notre deuxième journée est consacrée à faire la grasse matinée, prendre un ptit déj tardif, faire de l’école, puis laisser les filles devant un film pendant que Clément et moi partons en vélo au ravitaillement (pain d’une boulangerie française, fromage, eau, gâteaux). Notre sortie nous prendra exactement 1h22, car les filles n’auront même pas le temps de finir leur film lol. Un repas/gouter, puis piscine !

En début de soirée, Clément va seul au marché aux crabes en vélo et nous rapporte 3 poissons, des gambas et du riz, à nouveau un festin que nous dégustons sur notre terrasse en compagnie d’un des chiens de la GH et sous le regard curieux de nos voisins les lézards qui nous observent craintivement chaque soir.

 DSC07820 (Copier)

 

 

Troisième jour : les jours se suivent et se ressemblent un peu : grasse matinée, petit déjeuner, je fais école aux filles pendant que Clément part imprimer des documents pour l’école justement.

En début d’après-midi, nous retournons au marché aux crabes pour manger, dans un des restos situés en bord de mer, la spécialité locale : le crabe au poivre vert de Kampot. Nous faisons un véritable festin : le fameux crabe, un amok ce crabe (crabe en sauce cuit dans une feuille de bananier, succulent !), un curry de poisson et un barbecue de poulet avec des frites (bon, là, c’était l’assiette « spéciale filles » lol). Ce petit festin fait un gros trou dans le porte-monnaie mais on s’est régalé, le cadre était plus qu’agréable puisque nous étions sur une terrasse sur la mer.

20160419_135646 (Copier)

 

Nous voulions enchaîner avec la plage mais, manque de chance, l’eau est polluée : une trainée d’eau vert fluo (je vous jure) arrive sur la plage. C’est bien notre chance, hier l’eau était magnifique ! Tant pis, on se replie sur la piscine de l’hôtel, très agréable au demeurant !

DSC07846 (Copier)

Avant de rentrer, nous démarchons quelques agences pour acheter des billets de bateau pour l’Ile du Lapin, pour le surlendemain.

Une journée bien vite passée !

 

 

Quatrième jour : aujourd’hui, on bouge ! Nous partons en scooter vers le Sud-Est de Kep. Nous rejoignons d’abord une petite plage, Angkul Beach, et son village de pêcheurs. On marche un peu sur la plage, passant la zone sale pleine de déchets, avant de nous installer boire un coca dans une paillote. Nous n’avions pas prévu d’arrêt à la plage et n’avons ni maillots de bain ni serviettes, tant pis, les filles font une courte baignade en sous-vêtements. Ça rafraichit et on sèche vite en sortant de l’eau ici, sans jamais avoir froid !

DSC07863 (Copier)

DSC07872 (Copier)

DSC07880 (Copier)

DSC07903 (Copier)

DSC07922 (Copier)

 

Nous rebroussons ensuite chemin et prenons le temps d’admirer les marais salants au bord desquels nous étions passés à l’aller.

DSC07941 (Copier)

DSC07945 (Copier)

DSC07946 (Copier)

DSC07948 (Copier)

DSC07951 (Copier)

DSC07963 (Copier)

DSC07966 (Copier)

DSC07981 (Copier)

DSC07990 (Copier)

 

Et nous finissons par la visite d’une plantation de poivre. Il y a des dizaines de plantations de poivre ici, et après nous être cassé le nez sur plusieurs plantations ne se visitant pas, nous finissons au bout de quelques kilomètres de piste par en trouver une ouverte à la visite. Le poivre de la région est réputé et dispose d’une appellation d’origine protégée (tout au moins l’équivalent Khmer).

La visite est très intéressante, en français qui plus est ! La plantation pratique l’agriculture biologique et on nous explique que les poivriers des plantations ne pratiquant pas l’agriculture biologique sont bien plus fournis en grappes de poivre. On apprend la différence entre le poivre noir, le poivre rouge et le poivre blanc. On goute à chacun des poivres et même aux baies rouges fraiches.

Il y a des oies à la plantation, celles-ci ont un rôle important dans les fermes : elles avertissent en cas d’intrusion, notamment la nuit, au même titre que les chiens, et leurs fientes font fuir les serpents.

DSC08025 (Copier)

DSC08036 (Copier)

DSC08048 (Copier)

DSC08052 (Copier)

 

En fin d’après midi, nous sommes de retour à l’hôtel. Les derniers kilomètres m’ont un peu stressé car j’étais limite au niveau essence. Mon homme conduisant un scoot deux fois plus lourd que le mien à dû refaire le plein en cours de journée mais pensez vous qu’il aurait donné le fond de sa bouteille à sa femme ? Non! Résultat, il avait largement assez et moi j’étais ric-rac mais ça a tenu, j’ai rendu la bécane dans le rouge comme je l’avais trouvée.

Un petit plouf dans la piscine, un pique-nique devant le bungalow et hop au dodo !

 

 

Cinquième jour : nous bougeons encore ! Nous nous levons même tôt ! A 7h15, le réveil sonne. Un tuk-tuk nous récupère à 8h30 pour nous emmener à l’embarcadère où nous prenons le bateau pour l’ile du lapin (Koh Tonsay), petite ile située à une vingtaine de minutes de bateau de Kep.

Nous sommes débarqués sur l’ile vers 9h30 et le bateau de retour est à 16h. Nous avons donc toute la journée pour profiter du cadre idyllique et du calme.

Pas besoin de long discours, les photos parlent d’elle-même :

 

DSCN1785 (Copier)

DSCN1788 (Copier)

DSCN1794 (Copier)

DSCN1805 (Copier)

DSCN1808 (Copier)

DSCN1815 (Copier)

DSCN1821 (Copier)

DSCN1825 (Copier)

DSCN1828 (Copier)

DSCN1843 (Copier)

DSCN1853 (Copier)

DSCN1859 (Copier)

DSCN1875 (Copier)

 Notre regret : ne pas avoir passé une nuit sur l’ile, il y a des bungalows tout simples et pas chers.

 

 

Sixième jour : après ces deux derniers jours trèèès fatiguants, il nous faut du repos ! Cette journée sera donc consacrée  à prendre le petit-déj face à la mer, à faire travailler les filles (pas tant de repos que ça finalement mais on doit avancer pour absorber les deux semaines au Vietnam où nous allons instaurer des vacances !), à faire de la lessive, à prendre les vélos pour aller prendre un déjeuner tardif « en ville », à faire quelques courses, puis à rentrer vers 16h profiter de la piscine.

DSC08069 (Copier)

 

Au retour, en longeant la côte en vélo, nous voyons une petite dizaine de singes au bord de la route, fouillant les poubelles et les déchets.

 

Ce qui fera dire à Théa :

«  Les singes, s'ils ont faim car ils n’ont pas assez à manger, ils mangent dans les poubelles »

Quelques secondes de réflexion et elle complète : «  En fait ici, ils n’ont jamais faim, puisque c’est une déchetterie partout… donc s'il n’y a pas de fruits, c’est pas un problème pour eux»

Eh oui, le Cambodge est très sale…

 

 

Septième jour : le programme diffère peu : petit-déj face à la mer, école, lessive, piscine, piscine, grignotage au bord de la piscine, piscine, piscine, douche, repas, jeu de société, lecture, dodo.

Au milieu, Clément et moi cogitons beaucoup, nous devons à tout prix décider du programme des jours suivants (deadline pour quitter le Cambodge le 30 avril, départ pour le Vietnam le 3 mai mais passe t’on une semaine à Bangkok pour faire des visas 60 jours pour l’Indonésie et etre tranquilles une fois là-bas ou reste t’on au Cambogde jusqu’au bout ? Parfois, on a du mal avec les décisions, on aime se laisser porter au gré de nos envies, on aime de moins en moins devoir prendre des décisions)…..

On rajoute une nuit à Kep mais il va falloir finir par partir !

 

 

Dimanche 24 avril, dernier jour à Kep dans notre petit paradis mais aussi dernière journée au Cambodge. Ces 8 jours de presque farniente nous ont fait du bien, nous arrivons presqu'au milieu du voyage, il est temps de rechausser nos sacs et de repartir.

 

L’organisation de la journée ne varie guère : petit-déj face à la mer, un peu d’école, un peu de lessive, puis vers 11h nous partons en vélo pour le marché au crabe, très animé en ce dimanche matin ! Nous assistons une nouvelle fois aux tractations des vendeurs de crabes, tout frais sortis de leur panier. Nous poussons jusqu’à la plage, l’ambiance est très sympa : les locaux sont de sortie, ils s’installent sur le sable mais aussi le long de la jetée avec glacière et panier, des marchands ambulants proposent boissons, jus, fruits, brochettes…

DSC08124 (Copier)

DSC08130 (Copier)

DSC08132 (Copier)

DSC08133 (Copier)

DSC08140 (Copier)

DSC08141 (Copier)

DSC08145 (Copier)

ça c'est du coquillage !

DSC08146 (Copier)

 

Nous rentrons en début d’après-midi et profitons ensuite jusqu’au soir de la piscine, avant d’assister une nouvelle fois à un « amazing  sunset ».

 

DSC08161 (Copier)

DSC08175 (Copier)

DSC08183 (Copier)

 

Voilà, nous devons boucler les sacs, demain lever prévu à 6h pour un départ à 7h et une arrivée tard le soir à Bangkok.

Bye Bye Cambodia !