De Battambang à Kompong Chnang

 

Le 11 avril, nous quittons Battambang en direction de Kompong Chnang, une petite ville située à 180 km de Battambang et à 90 km au nord-ouest de Phnom Penh.

Il s’écoulera plus de 6h30 entre notre départ de l’hôtel et notre arrivée….tout ça pour 180 malheureux kilomètres….

 

8h30 : un tuk-tuk nous récupère à l’hôtel, nous pensons qu’il nous emmène à la station de bus. Que nenni ! Il nous dépose dans une « agence » de bus à 3 min de l’hôtel. Nous échangeons nos billets de réservation contre d’autres tickets de bus puis nous attendons….

 

9h10, un deuxième tuk-tuk nous récupère à cette agence et cette fois nous dépose à la station de bus.

 

Le bus est déjà bien chargé. Bonne surprise, nous avons des places numérotées (4 places car on n’a pas payé pour Théa qui se serre avec ses sœurs.) Aujourd’hui, le bus est archi-plein donc elle n’aura jamais de place. Cependant, pour la première fois nos sacs ne vont ni en soute ni sur le toit ! Nous devons nous caser à 5 sur nos 4 sièges avec nos 9 sacs ! On rit jaune, ça va être compliqué ! On monte dans le porte bagage au-dessus des sièges tout ce qui y tient, les filles se retrouvent avec mon sac à dos + un petit sac à leurs pieds. Reste l’énorme sac de 80 litres et presque 20 kg de Clément. Le monsieur du bus veut que Clément et moi voyagions avec ce sac à nos pieds, ce qui signifie que nous devrons voyager assis en tailleurs sur nos sièges ! On enlève le sac, et on le met dans l’allée, le monsieur le reprend et force pour le bourrer à nos pieds. On lui fait comprendre que non, c’est pas possible et on le tire dans l’allée, lui nous montre ses tabourets qu’il dispose dans l’allée pour tous ceux qui n’ont pas de place (c’est comme au Laos, bus en surbooking !). Il finit par comprendre et va mettre le sac au fond du bus, dans l’allée, devant d’autres valises. Merci !

 

Nous sommes les seuls occidentaux dans ce bus archi-bondé, une dizaine de personnes voyagent sur des tabourets dans l’allée, un homme voyage même debout.

 

9h25, on démarre, avec seulement 25 min de retard, ça s’annonce pas mal…..durée estimée du trajet : 3h30.

 

9h40 : nous tombons en panne…..déjà !! Le bus devient vite une étuve, tout le monde descend pour s’abriter à l’ombre d’un petit arbre maigrichon.

panne bus

Je soupçonne la panne d’essence. Quelques minutes plus tard, un scoot arrive avec un énorme bidon, en 15 minutes, c’est "réparé", on peut repartir.

 

On roule 10 minutes et on fait un arrêt pour faire le plein….ça dure 15 minutes….

On comprend qu’on n’est pas prêt d’arriver à destination !

 

Voilà, le trajet se passe lentement, des arrêts, une pause déjeuner de 30 minutes.

La route n'est pas mauvaise, essentiellement de la ligne droite, et pourtant les locaux ne semblent pas le supporter, ça vomit de tous les côtés, beurk....En même temps, à chaque pause, ils achètent pléthore de nourriture. L'allée du bus, en plus d'être occupée par des voyageurs, est vite couverte de déchets.

 

13h40, il nous reste une bonne dizaine de km, on remballe casques et DS , on sait qu’on va être débarqués au bord de la route car le bus va à Phnom Penh et qu’on va nous presser.

 

13h50 : le bus s’arrête : pause ! On est dégouté, on est à 5 km de notre destination et on doit encore patienter pendant une trèès longue pause….

 

Au final on arrive à presque 15 h ! Nous sommes effectivement débarqués au bord de la route. Les tuk-tuk nous assaillent. Désolé, aujourd’hui, on est en ville donc on marche 10 min jusqu’à l’hôtel.