(Actuellement à Siem Reap, Cambodge, depuis avant hier soir, mais en retard sur mes articles du Laos ;) )

 

Le 25 mars, après un petit déj à 15 à nouveau, nous faisons nos adieux à la Tribulanglo (nous ne les recroiserons plus, du moins en Asie, car on espère les revoir en France !!) et continuons notre chemin avec Muriel, Christophe et les garçons, direction Champassak où nous arrivons en début d’après midi.

En compagnie de Muriel, je fais le tour des GH pendant que les hommes et les enfants nous attendent.

 

L’après midi, avec Clément et les filles, nous louons des vélos pour nous promener dans Champassak : crevaison pour Clément qui fera le retour sur la jante.

 

Au bord du Mékong :

DSC04606 (Copier)

 

Théa et Tician :

DSC04610 (Copier)

 

DSC04613 (Copier)

 

DSC04615 (Copier)

 

DSC04616 (Copier)

 

DSC04621 (Copier)

DSC04624 (Copier)

DSC04633 (Copier)

 

 

Le lendemain, 26 mars, nous passons la journée à 10, en vélo sur l’île de Don Daeng, situé en face de Champassak. Une île paisible, sans voiture. Nous effectuons un tour de l’île en vélo puis les enfants et les papas se baignent dans le Mékong.

 

Tout est possible ici, même charger 10 personnes + 4 vélos sur une barque à moteur (heureusement, Muriel et Christophe louent leurs vélos sur l'ile car je ne suis pas certaine que 4 vélos de plus auraient tenu) :

20160326_092615 (Copier)

 

en arrière plan, notre bateau :

DSC04656 (Copier)

DSC04661 (Copier)

DSC04682 (Copier)

DSC04688 (Copier)

DSC04694 (Copier)

DSC04727 (Copier)

 

Attention, vaches !

DSC04731 (Copier)

 

Merci à Elia, la photographe !

DSC04739 (Copier)

DSC04743 (Copier)

DSC04744 (Copier)

DSC04747 (Copier)

DSC04753 (Copier)

DSC04757 (Copier)

DSC04764 (Copier)

 

Le soir, nous retrouvons deux couples de voyageurs au long cours pour diner puis nous assistons à une séance de cinéma en plein air, allongés sur des nattes, au bord du Mékong, sous le ciel étoilé et avec une jolie pleine lune en toile de fond.

Le film projeté est un film muet de 1927 : Chang, film primé à son époque. Ce qui marque immédiatement, c’est que les conditions de vie dans les villages n’ont pas changé depuis 1927, mis à part qu'ils ont maintenant des téléphones portables et des scoots…Les animaux n'ont malheureusement pas le beau rôle dans ce film...

 

Bonne nuit !

DSC04648 (Copier)