Le 17 février

Nous quittons Chiang Mai en bus en direction de Chiang Rai. Nous poursuivons notre montée dans le nord du pays. Nous loupons le bus de 11h30 : une trentaine de personne devant nous au guichet et ça n’avance pas. Pas grave, nous aurons celui de 12h15. Trois heures de bus, une jolie route de montagne qui mettra à mal l’estomac de la pauvre Elia.

Nous jouons un peu un coup de poker. Nous avons dans l’idée de rejoindre « My dream guesthouse », perdue quelque part entre Chiang Rai et Tathon, au bord de la rivière Kok. Nous avons contacté Nan, le propriétaire, guide professionnel, mais nous n’avons pu finaliser notre échange avec lui, il ne répond pas à nos mails et les numéros de téléphone de son site ne répondent pas. Dans l’unique mail reçu de sa part, il nous disait de prendre le bateau à Chiang Rai à 10h30 le 17 au matin pour rejoindre sa GH. Sauf qu’étant sur Chiang Mai, ce n’était pas possible pour nous.

Nous arrivons donc vers 15h30 à la gare routière de Chiang Rai. Nous n’avons pas l’adresse ni le nom en Thai de la GH, mais il semble que certains chauffeurs de taxi connaissent…..On hésite, j’ai peur d’une arnaque, qu’on nous emmène dans une autre GH et qu’on nous demande de payer. Clément achète une carte sim mais toujours aucune réponse…. On finit par se décider et on se laisse embarquer dans un Songthaew. La direction prise semble la bonne, et après une trentaine de minutes de petite route de campagne serpentant dans un magnifique paysage et traversant des villages Karen, il nous dépose au bon endroit ! Yes !

Nous n’étions pas tellement attendus, mais qu’à cela ne tienne, la GH est vide (seul un bungalow est occupé), il n’y a donc aucun souci pour nous en attribuer deux. Le cadre est magnifique, nous sommes perdus au milieu de nulle part, au bord de la rivière, nos deux bungalows sur pilotis sont tournés vers cette rivière dont le bruit nous berce la nuit. Le bonheur absolu !

Nous passerons une très bonne nuit, bercés par le bruit de la rivière puis par les poules et coqs en milieu de nuit. Les nuits sont fraiches ici, et nos trois couvertures ne sont pas de trop !

 

DSC01568 (Copier)

 

DSC01574 (Copier)

 

 

Le lendemain

Nous voici partis pour une formidable journée d’excursion avec Nan.

Nous allons à la rencontre des ethnies montagnardes, dans des villages perdus au bout de pistes en terre, inaccessibles à la saison des pluies, dans la montagne. De vrais villages et non pas ces pseudos villages pour touristes qui accueillent des bus entiers et qui ont perdu de leur authenticité pour devenir des sortes de musées.

 

Que les paysages sont beaux !

 

Au milieu d'une plantation d'ananas (qui a remplacé l'opium...)

DSC01250 (Copier)

 

1/ Village Yao, d’origine chinoise. Moment fort : Nan nous emmène à l’école maternelle. Les enfants voient rarement des occidentaux, certains ont peur de nous et pleurent, d’autres sont extrêmement intéressés. Un petit garçon sera tout fier de montrer à Clément ses planches d’apprentissage anglais/Thai avec les noms des fruits. Les maisons Yao n’ont pas d’étage, la porte donne du côté du levant.

DSC01254 (Copier)

DSC01261 (Copier)

DSC01262 (Copier)

DSC01269 (Copier)

 

 

2/ Village Akha, d’origine tibéto-birmane. Nan nous explique énormément de choses sur leur traditions, notamment religieuses, les esprits, la cérémonie de la balançoire… Nous pénétrons également dans une habitation. Les filles sont surprises de voir la pièce minuscule, sombre et sans aucun confort qui leur sert de maison.

DSC01276 (Copier)

DSC01290 (Copier)

DSC01294 (Copier)

DSC01298 (Copier)

 

 

3/ Village Lahu, originaire du Yunnan. Leurs maisons en bambou sont sur pilotis. Nous arrivons au village au moment où le cochon entier a fini de cuire, sur un feu, à même le sol. Nous assisterons à son nettoyage et au début de son dépeçage.

Ensuite vient le deuxième moment fort de notre journée, nous sommes accueillis chez l’habitant pour le repas. La préparation du repas se fera entièrement sous nos yeux, sur le feu, dans la pièce de vie qui sert de cuisine. C’est un festin que nous dégusterons ensuite : sticky rice cuit directement dans la cendre (ça ressemble à un petit pain, on ne distingue plus les grains de riz), soupe de légume et viande, riz avec wok de légumes et de poulet, puis un énorme plat d’ananas et de pastèque pour le dessert. Nous n’arriverons pas à finir tellement c’est copieux ! En dessous de nous, se promènent coqs, cochons….notre repas est ponctué de cocoricos et de grognements, juste sous nos fesses, assez surprenant et amusant !

Nous aimons beaucoup ce village Lahu, et surtout, nous le trouvons très propre.

Chez les Akha, comme chez les Lahu, le feu est à l’intérieur de la maison, la fumée permet de durcir le bambou, de fumer la viande et d’éloigner les insectes.

DSC01351 (Copier)

DSC01363 (Copier)

DSC01373 (Copier)

DSC01376 (Copier)

DSC01396 (Copier)

 

DSC01408 (Copier)

DSC01412 (Copier)

"temple" à l'entrée du village

DSC01416 (Copier)

 

 

4/ Village Karen, les plus anciens à s’être implantés en Thailande, venus du désert de Gobi et arrivés par la Birmanie. Dans ce village se côtoient les habitations « traditionnelles » en bambous ou en planches et des habitations en « dur », celles des jeunes, qui recherchent un peu plus de confort que leurs ainés. Les Karen n’accordent pas d’importance à la propreté, des déchets jonchent le village un peu partout. Nan, lui-même Karen, nous explique que cela ne les dérange pas, ils y sont habitués.

DSC01439 (Copier)

DSC01442 (Copier)

DSC01454 (Copier)

 

 

5/ Un village chinois et les plantations de thés qui l’entourent, dans lesquelles nous nous promènerons. Ici les maisons sont à même le sol, souvent en « dur » et très propres. Le feu est à l’extérieur et ils y font chauffer l’eau pour se laver.

DSC01518 (Copier)

DSC01539 (Copier)

DSC01548 (Copier)

 

Le sauna local :

DSC01551 (Copier)

 

Théa se fait enlever

DSC01557 (Copier)

DSC01558 (Copier)

DSC01559 (Copier)

 

 

Au cours de cette journée, nous découvrirons également deux chutes d’eau : l’une où les filles feront trempette et où Clément, courageux car l’eau est très froide, se baignera, l’autre accessible après une bonne grimpette au milieu d’une superbe forêt de bambou.

DSC01330 (Copier)

DSC01342 (Copier)

DSC01347 (Copier)

DSC01467 (Copier)

DSC01470 (Copier)

DSC01487 (Copier)

DSC01500 (Copier)

 

Nan coupera des bambous à la machette et nous fabriquera à chacun un gobelet en bambou ! Au grand plaisir des filles !

DSC01542 (Copier)

 

Et pour finir, nous irons nous détendre dans un bain d’eau chaude naturelle !

 

Une très belle journée, une journée à la rencontre des ethnies, telle que nous la souhaitions ! Deux moments forts pour toute la famille : l’école et assister à la préparation du repas chez les Lahu.

 

A ce moment-là, nous ne savions pas encore ce qui nous attendait le lendemain……à venir dans le prochain article....