11 mois avant le départ, il est temps de lancer les hostilités : prendre RDV au centre de vaccination pour se faire trouer la peau (et accessoirement le portefeuille). J'imagine déjà une conversation animée avec un doc pour m'assurer de l'utillité de tel ou tel vaccin (je m'interroge tout particulièrement sur deux : la rage et l'encéphalite japonaise), sans parler de la stratégie anti-malarique à adopter car, comment dire, nous n'avons pas tellement l'intention d'ingurgiter des antipaludéens pendant 6 mois (et encore une fois si on peut l'éviter, non seulement notre organisme nous en remerciera, mais aussi notre portefeuille).

Bref, le cadre étant posé, nous choisissons d'appeler le CHU de Dijon pour prendre RDV - logique c'est le centre le plus proche de chez nous. Je passe sur le message sur le répondeur...bref....Une infirmière nous rappelle, nous demande les pays de destinations (et uniquement les pays - zone urbaine, rurale,  trek de 3sem au fin fond de la jungle ou club de plage ne semble pas influencer la stratégie à adopter).

Après avoir écouté notre réponse, elle nous renvoie vers le site internet du ministère de la santé. Là bas nous trouverons la liste des vaccins nécessaires et nous n'aurons plus qu'à aller voir notre médecin traitant pour l'injection. Elle nous précise quand même que si l'on veut faire l'encéphalite japonaise, il faudra prendre un RDV au CHU.

Merci Madame, heureusement que c'était consultation par téléphone gratuite ! Nous voilà bien avancés ! En gros, je n'ai rien appris que je ne savais déjà car comment dire ? Rien qu'en achetant un guide de voyage, vous trouvez la (longue) liste de vaccins recommandés et 18 pages des différentes maladies aux noms plus ou moins exotiques (qui me renvoient à mes années sur les bancs de la fac et me rappellent de lointains souvenirs de cours de bactério et parasito) que vous risquez pourriez malencontreusement attrapper.

Bref autant vous dire que le CHU ne nous verra pas de sitôt, sauf si après avoir obtenu de "vrais" renseignements ailleurs, nous décidons de nous faire piquer contre l'encéphalite à Dijon (plus pratique puisque cela consiste en 2 injections à 1 mois d'intervalle.)

Nous allons dans un premier temps nous tourner vers le CHU de Besançon, si nous faisons chou blanc, nous irons à Lyon ;)